Elections à Bordeaux-2 !

Publié le par SUD-Étudiant Bordeaux

Profession-de-foi-Bordeaux-2-2012-sans-numero.jpg


Pour une autre université : gratuite, critique, et ouverte à tous !

 

Qui sommes-nous ?

SUD-Etudiant Bordeaux est un syndicat étudiant de lutte qui défend quotidiennement et dans les mouvements sociaux les intérêts des étudiants. Solidaires, Unitaires et Démocratiques, nous combattons les réformes libérales de l’Université et la sélection sociale, et avançons la nécessité d’une Université gratuite et ouverte à tous, et d’un salaire socialisé pour la jeunesse.

Notre liste est également composée d’étudiants qui partagent des idées et des revendications communes : contre la loi d’autonomie des facs (LRU), le désengagement financier de l’Etat et l’entrée des capitaux privés dans les facs ; pour l'amélioration des conditions de vie et d'études de tous les étudiants : pour une autre université́ : gratuite critique et ouverte à tous.

A quoi servent ces élections ?

Le Conseil d’Administration. Que ce soit pour l’organisation de l’université et la répartition du budget entre les différentes UFR, il s’agit de l'instance décisionnelle de la fac. Avec l’application de la loi LRU, le CA passe d’une soixantaine à une trentaine de membres. Le nombre d’élus étudiants passe d’une douzaine à cinq, le nombre d’élus enseignant-chercheurs et personnels IATOSS diminue fortement : tout cela au profit des personnalités extérieures (notamment des chefs d’entreprise), au nombre de huit. Ce ne sont plus les 3 conseils mais le CA restreint qui élit le président de l’Université, qui détient une grande majorité des pouvoirs.

Le Conseil des Études et de la Vie Universitaire. Il s'agit d'une instance consultative qui émet des avis sur les questions pédagogiques, les activités culturelles et sportives et vote les budgets associatifs.

Dans ces conseils, nous refusons de cogérer la misère budgétaire : il faut des financements à la hauteur des besoins. Nous ne votons jamais en faveur d'une politique libérale ou de désengagement de l'État.

Contre la précarité étudiante… Pour une université ouverte à toutes et tous !

 

Des moyens pour étudier !

Aujourd’hui les bourses du CROUS et les aides sociales sont insuffisantes à beaucoup d’entre nous pour financer leurs études. La plupart des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, plus de la moitié est obligée de se salarier. Cette situation est à l’origine de l’échec de beaucoup d’étudiants dans leurs études.

C'est pourquoi nous revendiquons : l’augmentation des bourses et leur versement en temps et en heure ; la mise en place d’un véritable statut d’étudiant salarié, avec aménagement des cours et dispense d’assiduité en TD ; et dans l’idéal un salaire socialisé pour tous les jeunes en formation (financé par des cotisations sociales).

Des papiers pour tous !

Depuis plusieurs années, et encore plus aujourd’hui avec la circulaire Guéant, les expulsions d’étudiants étrangers se multiplient. Pour nous, une carte d'étudiant = une carte de séjour.

Egalité́ pour les personnes handicapés !

Bordeaux 2 n’est pas toujours accessible pour tous les étudiants. Quelques soient leurs handicaps (visible ou non-visible), les étudiants doivent bénéficier d’un accès à tous les locaux, ainsi que de moyens pour étudier : aide à la prise de note, ensemble des cours à disposition sur internet, auxiliaires de vie à la fac, tiers-temps réellement assurés…

Une crèche pour les étudiants-parents !

Nombreux sont les étudiants qui n'ont pas les moyens de payer des gardes d'enfants et sont donc pénalisés dans leurs études. Nous voulons l'ouverture de crèches à la fac, également accessibles aux personnels.

Pour le droit d'étudier…

Bordeaux-2 applique une sélection à l'entrée en première année de STAPS, de psycho, de socio… En fait, l'administration détermine une "capacité d'accueil" qui correspond en partie à la capacité des infrastructures, mais aussi aux moyens humains et financiers que la présidence veut bien attribuer aux différentes filières. Ainsi, de très nombreuses personnes se voient refuser l'inscription à la fac en première année…S'il n'y a pas d'argent ce n'est pas à nous d'en faire les frais ! Nous voulons la suppression des numerus clausus officieux en première année, exigeons des moyens à la hauteur des besoins ! 

Tous solidaires contre la précarité !

A cause des baisses de budget des universités, les facs recrutent beaucoup de personnes en contrat précaire (vacataires, contractuels) parce qu'ils coûtent moins cher. Nous refusons cette logique de précarisation rampante ! Si nous voulons des formations de qualité, il nous faut de bonnes conditions d'études, mais il faut aussi de bonnes conditions de travail pour les personnels de l'université (enseignants, BIATOSS). Exigeons la titularisation de tous les précaires de l'université et revendiquons l'augmentation des postes aux concours de la fonction publique pour mettre fin à la spirale de la précarité !

Pourquoi nous présentons-nous ?

Vu le fonctionnement et la composition des conseils de l’université, envoyer quelques représentants étudiants qui ne soient pas à la botte de l'administration ne suffira pas pour renverser la vapeur. Le rapport de force nécessaire pour gagner ne peut pas s'obtenir par des négociations à froid dans des conseils obscurs : qui d'entre nous sait ce qui se passe dans les conseils de l'université ?

La seule chose capable de faire céder l'administration sur une revendication des étudiants, c'est une mobilisation massive et une pression collective. Donc se présenter aux élections, être élus pour nous c'est d'abord pouvoir obtenir des informations qui puissent être utile à la mobilisation pour défendre nos droits et en gagner de nouveaux.

Bilan de SUD-Etudiant à Bordeaux-2 (2010-2012)

► Nous aidons les étudiants sans-papiers face à leurs problèmes administratifs, en organisant des collectifs de soutien, des pétitions, en poussant l’administration et les profs à soutenir leur régularisation.

► Au quotidien, nous organisons la solidarité étudiante, en aidant tous les étudiants face à leurs problèmes administratifs (bourses, inscriptions, examens, contrôle continu…).

► En étant élus au conseil d’UFR de Sciences Humaines et Sociales ; avec l’aide d’enseignants, nous avons fait échouer le projet de licence commune (psycho/socio) de l’administration. Les premières maquettes du projet  prévoyaient de fusionner les licences de psycho et de socio pour faire des économies (en mettant de la neurobiologie en socio par exemple !).

► Pour savoir comment faire face à la taxe d’habitation, nous avons écrit un tract pour permettre de la baisser ou de s’en faire exonérer.

► Nous avons participé au mouvement des retraites de l’automne 2010, en organisant des Assemblées Générales, des manifs, des actions… contre la réforme du gouvernement qui implique notamment une augmentation du chômage des jeunes.

► Après les retards dans le versement des bourses de Novembre 2011, des fortes incertitudes pesaient sur le versement de celles de Décembre (les caisses étaient vides). Face à la menace d’un mouvement étudiant, les bourses ont été versées, même si la situation des CROUS reste très préoccupante (les Fonds d’Aide d’Urgence notamment manquent de moyens).

Publié dans Bordeaux-2

Commenter cet article