La condition universitaire inacceptable annonce un deuxième semestre riche en luttes.

Publié le par SUD-Étudiant Bordeaux

Alors que les étudiant-e-s sont en période d’examens, leurs conditions d’étude continuent de se dégrader, entre précarité, politique raciste, désengagement financier de l’Etat et casse du service public d’enseignement supérieur en général.

En effet, les problèmes financiers des Universités sont plus que jamais présents avec huit universités sous tutelle des rectorats et nombres d’universités aux situations financières alarmantes. Et ce sont en grande partie les personnel-les qui subissent de plein fouet ces faits, avec des retards impressionnants de paiement.

S’ajoute à cela, une gestion catastrophique des bourses, avec des budgets largement insuffisants pour payer l’ensemble des bourses des étudiant-e-s. Ceci ne fait que renforcer à la fois la précarité étudiante et la situation catastrophique des CROUS.

De plus, avec la dernière mesure phare du gouvernement par rapport à l’université, l’arrêté Licence, la situation n’est plus tenable. Nous ne pouvons pas accepter de contre-réformes accentuant la sélection sociale et la mise en place, sous couvert de « professionnalisation », d’une logique managériale au sein de l’Université.

Enfin, Le 28 décembre 2011, la loi des finances publiques 2012 a été promulguée, incluant un article créant une nouvelle taxe visant à faire payer aux étudiant-e-s le renouvellement de leurs titres de séjours. Le coût prohibitif de cette taxe, variant de 200 à 385 euros qui viendront s’ajouter aux frais d’inscriptions, a pour objectif évident de dissuader les étudiant-e-s de choisir librement leurs lieux d’études.

Le mécontentement ne suffit pas, c’est pourquoi s’organiser et lutter est essentiel. Nous ne pouvons laisser nos vies, nos conditions d’études et de travail se dégrader jusqu’à atteindre l’absurde et l’insupportable sans résistance.

C’est pourquoi la fédération Sud étudiant apporte tout son soutien aux mobilisations en cours et appelle les étudiant-es à construire et à coordonner leur mouvement partout en France pour le deuxième semestre.

 

 SUD-étudiant défend et lutte : 
- pour le retrait de l’arrêté licence  
- pour l’augmentation des bourses en nombre et en valeur, avant l’instauration d’un salaire socialisé  
- pour une université financée à 100% par des fonds publics 
- pour la titularisation des personnel-le-s et des enseignant-e-s de l’enseignement supérieur  
- pour l’embauche massive de personnel-le-s titulaires dans l’enseignement supérieur 
- pour l’égalité entre les étudiant-e-s quelle que soit leur nationalité d’origine

Publié dans Précarité étudiante

Commenter cet article