Prise de parole rassemblement Clément Méric

Publié le par SUD-Étudiant Bordeaux

Prise de parole de SUD/Solidaires Etudiant-e-s au rassemblement du 06/06/2013 en hommage à Clément Méric.


Hier soir

Mercredi 5 juin 2013, en sortant d’un magasin de vêtements près de la gare Saint-Lazare, notre camarade Clément, syndicaliste à SUD/Solidaires Etudiant-e-s, et militant à l’Action Antifasciste Paris-Banlieue, a été battu à mort par des membres de l’extrême droite radicale. Clément est décédé des suites de ses blessures, dans la nuit, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

 

Les extrêmes

Il ne s’agit pas d’une bagarre entre extrême droite et extrême gauche qui aurait mal tourné. Ceux qui disent ça sont des imbéciles, trop pressés qu’ils sont de vouloir dire que « les extrêmes se rejoignent ». Clément n’était pas un militant violent. C’était un syndicaliste, et un antifasciste, et il a été attaqué pour ses idées, car son engagement était connu de ses agresseurs. On ne peut pas dire qu’il est mort pour ses idées, puisqu’il ne voulait pas se battre, il est mort à cause de leurs idées.

 

Ses agresseurs, il s’agit de l’extrême droite, il s’agit de militants du groupe « jeunesse nationalistes révolutionnaires ». Ce sont des néo-nazis, ils sont racistes, sexistes, homophobes et antisémites. Ils grandissent à l’ombre du FN depuis que celui-ci a décidé de présenter une façade plus  « propre ».

 

Fait divers

Ce qui s’est passé hier n’est pas un fait divers. Depuis des mois le débat sur l’ouverture du mariage à tous a suscité la libération d’une parole homophobe portée par des militants d’extrême droite. Frigide Barjot et le Printemps Français ont trouvé des formulations médiatiquement acceptables pour porter un discours de haine, pour dire qu’il est normal que tous les citoyens de ce pays n’aient pas accès aux mêmes droits que les autres.

 

Voilà comment le discours de l’extrême droite s’est retrouvé à la une de tous les grands médias, voilà comment ils se sont senti pousser des ailes, voilà pourquoi depuis des semaines, depuis des mois, les agressions vont de plus en plus loin : un homme tabassé dans une rue à Paris car il tenait la main de son compagnon, des bars gays attaqués à Lille, à Bordeaux… des agressions de militants à Toulouse, à Tours et à Angers, voilà comment aujourd’hui, un homme est mort. Frigide Barjot avait promis du sang, le voici.

 

La droite et FN responsables

La droite et le FN sont responsables car ils portent des discours de haine en faisant semblant de ne pas voir les conséquences de ce qu’ils disent. Le Parti Socialiste porte aussi sa part de responsabilité, pour avoir laissé pourrir le débat sur le mariage, pour avoir ouvert aux idées pourries de l’extrême droite le boulevard de la rue.

 

Le PS doit changer de politique

Enfin, le parti socialiste doit changer de politique : il faut arrêter d’expulser des rroms et des sans-papiers, car ces expulsions font le jeu de la droite. Il faut cesser de faire la politique des patrons : refuser d’amnistier les syndicalistes qui ont lutté pour leurs emplois sous pression de L. Parisot, mettre en place 20 milliards de cadeaux fiscaux aux grandes entreprises sans aucune contreparties, et enfin mettre en place d’un accord national interprofessionnel qui brise le code du travail et les défenses qu’il contient pour les salariés. Parmi toutes ces mesures, lesquelles est-ce que la droite n’aurait pas pu faire elle-même ? Le PS doit changer de politique, car celle qu’il mène aujourd’hui fait le lit de l’extrême droite.

 

Nous mobiliser

Mais sans attendre, nous devons aujourd’hui nous mobiliser pour faire reculer l’extrême droite. Les brutes d’extrême droite doivent retourner dans la marginalité. A chaque fois qu’ils pensent à diffuser leurs idées pourries, anti-immigrés, anti-gays, anti-féministe, anti-syndicaliste, il faut qu’ils aient peur de la réaction.

Aujourd’hui il y avait plus de 40 rassemblements dans toute la France, des rassemblements sont prévus à Barcelone, à Madrid, à Montréal… Nous appelons toutes les personnes présentes ce soir à constituer un nouveau réseau de lutte contre l’extrême droite et ses idées, sur le modèle de Ras l’Front dans les années 90.

 

Ni oubli, ni pardon,

Nous n’oublierons jamais la mort de Clément

 

"Ami si tu tombes,

un ami sort de l'ombre,

à ta place" 

Publié dans Général

Commenter cet article

Abd El Salam 16/08/2015 04:02

Qu'Allah vous guide. Il faut revenir vers Allah. Avant la mort.