Profession de foi SUD étudiant - Elections de Bordeaux 3

Publié le par SUD-Étudiant Bordeaux

Profession de foi SUD Bordeaux-3 2012 (1)

Profession de foi SUD Bordeaux-3 2012 (2)

Profession de foi SUD Bordeaux-3 2012 (3)-copie-1

 


Qui sommes-nous ?

SUD Etudiant Bordeaux est un syndicat de lutte qui appartient à la fédération SUD Etudiant, ce qui permet la circulation d’informations et l’organisation au niveau national, mais chaque structure dispose de son autonomie locale. Nous faisons également partie de l’Union Syndicale Interprofessionnelle Solidaires ; Solidaires, Unitaire et Démocratique sont les trois piliers de notre fonctionnement. Autogestion, anticapitalisme, antisexisme, antifascisme, antiracisme : c’est avec ces principes que nous combattons la sélection sociale, l’exploitation et l’oppression au quotidien comme dans les luttes sociales.

« Démocratie »  universitaire ?

Le Conseil d’Administration (CA) est l'instance décisionnelle de la fac, que ce soit pour l’organisation de l’université et la répartition du budget entre les différentes UFR. Le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) est quant à lui une instance consultative qui émet des avis sur les questions pédagogiques, les activités culturelles et sportives et vote les budgets associatifs. Enfin, le Conseil Scientifique (CS) propose les orientations de recherche de l’Université. »

En combinant  les élus étudiants aux CA, CEVU et CS, on compte 26 « représentants » pour 15 200 étudiants (pour l’année 2009/2010)… De plus, seuls les élus peuvent participer aux différentes commissions qui traitent de questions importantes : pédagogique, budgétaire, conseil de discipline, entre autres, ce qui empêche l'ensemble des acteurs de l'université de se saisir de ces questions. Nous rejetons ce système opaque et antidémocratique qui ne permet pas aux étudiants et aux personnels de prendre part aux décisions qui les concernent directement). (Si nous nous présentons et si nous siégeons, c'est pour recueillir les informations qui permettent de lutter collectivement contre les attaques faites aux droits et aux intérêts des étudiants

 Pour que chaque membre de la communauté universitaire, étudiants comme personnels, puisse se saisir directement des enjeux qui nous concernent tous directement, nous revendiquons :

-              La publication immédiate de l’Ordre Du Jour et des Compte-Rendu de chaque séance tenue

-              L’ouverture totale et permanente de tous les conseils au public

-              L’enregistrement vidéo des séances (L'enregistrement et la diffusion vidéo des séances

 

Régime « général » / régime « spécial » ?

Depuis la rentrée 2011, l’accès au régime spécial (dit « non-assidu » auparavant) a été rendu difficile car plus réglementé pour les étudiants. Si on prend en compte tous les étudiants qui travaillent pour payer leurs études (que ce soit en intérim, le week-end, 20h, 10h par semaine… ils représentent 50% des étudiants en France selon l'Observatoire de la Vie Etudiante, sans compter ceux qui travaillent au noir), les étudiants à charge de famille, les étudiants handicapés, on réalise bien vite que ceux que l’Université considère comme des cas particuliers représentent la majorité d’entre nous. Nous réclamons la reconnaissance d’un certificat de travail comme justificatif valide d’absence en TD, l’ouverture du statut non assidu à tous et une refonte pédagogique adaptée à la réalité qui inclurait un véritable statut dispensé et une réelle formation à distance (cours et suivi pédagogique) gratuite et élargie à toutes les filières en attendant le salaire socialisé.

Un salaire socialisé pour la jeunesse : le droit d’étudier et de vivre décemment !

Aujourd’hui, les bourses du CROUS et les aides sociales sont insuffisantes à beaucoup d’étudiants pour être autonomes financièrement, ainsi  la majorité d’entre nous vit en dessous du seuil de pauvreté. Et c’est sans compter les dysfonctionnements de ces systèmes d’aide : retards scandaleux des bourses de novembre et de décembre, recalcul à la baisse des APL en ce début d’année…  Cette situation est à l’origine de l’échec de beaucoup d’étudiants.

Il est donc urgent d’effectuer une remise à plat complète du système d’aides sociales et le remplacement de celles-ci devra permettre l’égalité financière devant les études afin qu’elles deviennent un droit collectif garanti par un statut et des droits communs et non pas un droit individuel réservé à une élite sociale. La création d’un salaire socialisé devra permettre à tou-tes de pouvoir vivre, et non survivre comme c’est le cas actuellement. Le salaire socialisé est basé sur le principe déjà utilisé pour certains temps hors travail comme la retraite, l’assurance maladie, l’assurance-chômage.

Tutorat optionnel

Tous les étudiants ne sont pas à égalité en arrivant à la fac, parce que tous n'ont pas les mêmes acquis. Par exemple en ce qui concerne la maîtrise de la langue, la possession de livres et/ou le réflexe de les utiliser,  l’accès aux outils informatiques (Tout le monde n’a pas un ordinateur ou une connexion internet ).  C'est de toutes ces façons que s'exerce une véritable sélection sociale qui va faire que de nombreux étudiants sont en difficulté dans leurs études ou les abandonnent. C'est pourquoi nous demandons que soit mis en place dès la première année des cours de tutorat optionnels  (informatique, grammaire, orthographe, méthodologie…) pour tous les étudiants qui le souhaitent.

Pour prévenir les discriminations, exigeons un véritable anonymat des examens

L’augmentation du contrôle continu dans toutes les filières accorde de moins en moins de place à l’anonymat des évaluations. Dans le département de Géographie dans lequel a été mis en place le contrôle continu intégral et ont été scandaleusement supprimés les rattrapages, l’anonymat n’existe plus du tout. De plus, dans la situation actuelle, il n’y a pas de véritable garantie de l’anonymat. En effet, le système actuel est insuffisant ; le nom de l’étudiant étant inscrit sur la feuille d’examen, certains enseignants reconnaissent qu’ils décachètent les copies. Nous exigeons l’attribution d’un numéro d’anonymat (comme à Bordeaux IV et à l’IEP). Le système des oraux, de plus en plus présent notamment en Master, permet encore moins l’anonymat : nous demandons la possibilité d’une double correction des oraux.

Tous solidaires contre la précarité !

A cause des baisses de budget des universités, les facs recrutent beaucoup de personnes en contrat précaire (vacataires, contractuels) parce qu'ils coûtent moins cher. Nous refusons cette logique de précarisation rampante ! Si nous voulons des formations de qualité, il nous faut de bonnes conditions d'études, mais il faut aussi de bonnes conditions de travail pour les personnels de l'université (enseignants, BIATOSS). Exigeons la titularisation de tous les précaires de l'université et revendiquons l'augmentation des postes aux concours de la fonction publique pour mettre fin à la spirale de la précarité !

Des papiers pour tous !

Depuis plusieurs années, et encore plus aujourd’hui avec la circulaire Guéant, les expulsions d’étudiants étrangers se multiplient. Pour nous, une carte d'étudiant = une carte de séjour. De plus, nous dénonçons le fait qu’à l’inscription à la fac soit souvent exigée une carte de séjour : nous réclamons que l’inscription à Bordeaux 3 se fasse dans les mêmes conditions pour tous.

Des micro-ondes !

Aujourd’hui, dans les RU, les micro-ondes sont uniquement réservés au réchauffement des plats servis au RU, ce qui est déjà symptomatique du l’insuffisance de la capacité d’accueil. De plus, les prix des repas augmentant chaque année, de plus en plus d’étudiants amènent leurs plats. Nous demandons donc plus de micro-ondes, plus de places, le gel des prix du RU !

 

Publié dans Bordeaux-3

Commenter cet article